"Kevin Can F**k Himself" : une satire de la comédie de couple

·1 min de lecture

Elles sont en voie de disparition mais elles n'ont jamais autant inspiré les séries : les sitcoms traditionnelles, ces shows tournés devant un public dont on entend les rires, sont revenues sur le devant de la scène grâce à deux récentes mises en abyme aussi passionnantes que malignes. Née sur la chaîne câblée AMC (comme Mad Men et Breaking Bad), Kevin Can F**k Himself est disponible depuis vendredi sur Amazon Prime Vidéo. Avec son titre très clair (qui peut se traduire par "Kevin peut aller se faire foutre"), elle offre une féroce revanche à l'habituel souffre-­douleur des comédies de couple : la jeune et jolie épouse soumise qui doit supporter un mari macho, fainéant et stupide.

C'est le calvaire d'Allison ­McRoberts (incarnée par Annie Murphy, découverte dans Schitt's Creek, actuellement sur Canal+), dont chaque plan en compagnie de son mari Kevin est mis en scène selon les pires canons du genre : éclairage coloré, rires enregistrés et jeu d'acteur outrancier.

Mais dès l'instant où Allison sort du champ de vision de son mari, la réalisation change du tout au tout : la lumière devient blafarde, les rires disparaissent et la jeune femme déprime devant sa vie morne et sans perspective ; à la fin du premier épisode, elle prend une décision radicale : assassiner son mari! La saison la verra ainsi tenter de mettre son plan à exécution, découvrant au passage que sa voisine cache elle aussi une sombre réalité, le trafic d'opioïdes.

La noirceur de Breaking Bad

En jouant autant avec ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles