"Kerozene" : second roman hautement inflammable de la romancière belge Adeline Dieudonné

Laurence Houot
·1 min de lecture

Après un premier roman en 2018, La vraie vie, multiprimé et vendu à 300.000 exemplaires, l'autrice belge Adeline Dieudonné revient avec Kerozene, publié aux éditions de L'Iconoclaste le 1er avril. Un roman choral dans lequel elle met en scène des tranches de vies se croisant sur une aire d'autoroute des Ardennes. Regard acéré et écriture tonitruante, Adeline Dieudonné confirme avec cette comédie humaine un vrai talent pour peindre ses contemporains.

L'histoire : elle commence et s'achève sur une aire d'autoroute. Ici vont se croiser les destins d'une poignée de protagonistes en prise avec leurs vies respectives. Chelly, prof de "pole dance" impulsive, Victoire, une mannequin phobique des dauphins, Loïc, dépanneur et chaud lapin, Alika, une nounou philippine, consciencieuse et aimante envers et contre tout, Monika, vieille dame solitaire arrachée à sa forêt, Julianne, rescapée d'un massacre terroriste, Joseph, timide représentant en acariens, Red Apple, cheval de tragédie, ou encore Julie, épouse soumise aux examens gynécologiques de ses beaux-parents, jouissant enfin dans les bras de son mari en énumérant une liste de maladies vénériennes… Très peu de choses relient entre eux tous ces individus, si ce n'est qu'ils vont, par cette chaude nuit d'été, se croiser sous les néons de ce lieu de passage hors du temps : la station-service.

Comédie trash

Adeline Dieudonné déploie cette comédie humaine en chapitres courts, un par personnage, sauf Victoire, qui en aligne deux. D'une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi