Kenya: au procès pour «terrorisme» du massacre Shakahola, le procureur dénonce «une organisation criminelle»

Au Kenya, le chef de l’Église internationale de la Bonne nouvelle et 94 coaccusés ont comparu ce 8 juillet 2024 devant un tribunal de Mombasa, où ils sont jugés pour « terrorisme » après la mort de centaines d'adeptes. En avril 2023, était découvert « le massacre de Shakahola », du nom d'une forêt du sud-est du pays où les corps de 429 adeptes ont été retrouvés. Le pasteur Paul Nthenge Mackenzie aurait incité ces derniers à mourir de faim afin de « rencontrer Jésus » avant la fin du monde. Ce lundi, le procureur a évoqué « une organisation criminelle qui a commis des actes violents au nom d’une idéologie ».

Avec notre envoyée spéciale à Mombasa, Gaëlle Laleix

Au Kenya ont démarré ce 8 juillet 2024 à Mombasa, sur la côte, les auditions du procès pour terrorisme du pasteur Paul Mackenzie et ses 94 co-accusés. C’est l’un des volets de l’affaire du massacre de Shakahola. C’est une audience sous haute surveillance qui s’est ouverte ce matin.

Les auditions de ce lundi ne sont pas ouvertes au public. C’est au tribunal de Shanzu que se tient l’audience, une cour habituée aux affaires de terrorisme. De nombreux shebabs y ont été condamnés.

Des accusés tellement nombreux qu’ils occupent tous les bancs réservés au public

Paul Mackenzie et ses 94 co-accusés sont arrivés sous bonne garde. Ils sont tellement nombreux qu’ils occupent tous les bancs réservés au public, et c’est la presse qui est installée dans le box des accusés.

D’après une source policière, proche de l’enquête, ce premier témoin est une des victimes du pasteur Paul Mackenzie. Au total, ils seront près d’une centaine à venir à la barre, dont plusieurs enfants.


Lire la suite sur RFI