Kenya: une pièce longtemps interdite de Ngugi wa Thiong'o de nouveau jouée à Nairobi

C’est un événement au Kenya : 45 ans après son interdiction, la pièce de théâtre Ngaahika Ndeenda (Je me marierai quand je veux) est de nouveau jouée à Nairobi. Très critique sur l’héritage colonial dans le Kenya post-indépendance, et jouée en langue gikuyu, cette pièce avait valu en 1977 la prison, puis l’exil à ses deux auteurs, parmi lesquels Ngugi wa Thiong'o régulièrement pressenti pour le prix Nobel de littérature.

Avec notre correspondante à Nairobi, Florence Morice

« Unissons-nous et organisons-nous », lancent en cœur les acteurs. Un cri de révolte pour dénoncer l’exploitation du peuple par une petite élite dans le Kenya postindépendance. Le propos est virulent, mais pour l’un des auteurs Ngugi wa Thiong'o, toujours installé aux États-Unis, si ce texte lui a valu un an de prison puis l’exil, c’est pour avoir osé le faire jouer en langue gikuyu et par des paysans et ouvriers kényans dans sa ville natale Limuru.

« Dans les contextes coloniaux, la langue a toujours été utilisée comme un instrument pour contrôler les esprits. À l’époque, les enfants étaient battus ou punis s’ils étaient surpris en train de parler leur langue maternelle à l'école », raconte le dramaturge.

De nombreux spectateurs enthousiastes soulignent l’actualité du propos dans un Kenya, frappé dans certaines régions par une crise alimentaire, alors que deux multimillionnaires vont s’affronter lors de la présidentielle d’août prochain.

• Le choix de la langue maternelle


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles