Kenya : le peuple indigène Ogiek menacé d'expulsion de la forêt de ses ancêtres

France2.fr avec Reuters, franceinfo Afrique

L'espoir s'est brisé pour les occupants de la forêt kényane de Mau, trois ans après que la justice a renforcé leurs droits sur leur habitat historique.

La potion est amère. Alors qu'il se croyait protégé par le jugement historique de la Cour africaine des droits de l'Homme et des peuples, rendu le 26 mai 2017 en sa faveur, voilà que le peuple autochtone Ogiek du Kenya vit à nouveau dans la crainte. La crainte de se voir chassé par les autorités, exproprié de la forêt de Mau, la plus grande du pays, où il vit depuis le XVIIIe siècle.

À 200 km au sud-ouest de la capitale Nairobi, environ 45 000 Ogiek dépendent du complexe forestier de Mau pour leurs moyens de subsistance. Depuis toujours, ils vivent de la chasse au gibier, de la cueillette de plantes à des fins alimentaires et médicinales, ainsi que de l'apiculture traditionnelle. Dès leur arrivée dans cette contrée, les Ogiek se sont sentis en osmose avec la forêt, se confondant avec elle, comme on le découvre dans la vidéo ci-dessous (en anglais), tournée fin 2018.

Un peuple brimé de tout temps

Depuis l'époque coloniale, les Ogiek n'ont cessé de faire face à des expulsions répétées et à la destruction de leurs cases, tandis que leurs terres ont été attribuées à d'autres communautés dans un but commercial, notamment pour l'exploitation forestière ou la plantation d'arbres à thé. De ce fait, la nature elle-même a été (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

À lire aussi