Kenya: l'augmentation des prix de l'essence passe mal

C’est sa première mesure économique depuis qu’il a prêté serment, le mardi 13 septembre. Et elle est douloureuse pour de nombreux Kenyans. A peine élu, le nouveau président kenyan William Ruto a décrété une baisse drastique des subventions sur le carburant, au motif qu’elles sont trop coûteuses et, selon lui, inefficaces. Conséquence : les prix à la pompe au Kenya ce jeudi, ont augmenté de 12% le litre d’essence. La mesure passe mal alors que William Ruto a fait de la hausse du pouvoir d’achat l’un de ses principaux axes de campagne.

Avec notre correspondante à Nairobi, Florence Morice

Edgar Choki tente d’attirer les clients dans son minibus. Pas question de faire le trajet à moitié vide : avec la hausse du prix de l’essence, ses bénéfices sont déjà réduits à la portion congrue : « On ne gagne plus rien. Je consomme environ trente litres d’essence par jour. Ça me coûte dix euros de plus au quotidien, donc je suis mécontent. Pourquoi il (le nouveau président, NDLR) s’est précipité ? il aurait pu attendre un peu, un mois, le temps d’évaluer la situation. »

« Je suis déçu »

Patrick Akoi est chauffeur. Il a voté pour William Ruto à la présidentielle mais ne s’attendait pas à une telle mesure : « Je suis déçu. Car tout va augmenter. Le chou, le maïs.. Tout ! A cause du coût du transport. Et il avait promis de baisser les prix. »

►À lire aussi : Kenya: William Ruto prête serment et annonce ses premières mesures présidentielles


Lire la suite sur RFI