Le Kenya face à de nouveaux essaims de criquets pèlerins

·1 min de lecture

En plus du Covid-19, c’est une nouvelle vague de criquets pèlerins qui s’abat sur la Corne de l’Afrique, depuis plusieurs semaines. Extrêmement voraces, ces criquets dévorent des hectares de cultures dans la région, depuis plus d’un an, provoquant une crise alimentaire majeure.

Avec notre correspondante à Nairobi, Charlotte Simonart

Venus du Yémen et de Somalie, ils ont envahi notamment l’Ethiopie et la moitié nord du Kenya. Certains essaims se déplacent désormais plus au sud, prévient la FAO, l’organisation onusienne pour l’alimentation et l’agriculture.

Des nuages sombres de milliards de milliards de criquets pèlerins se déplacent dans la Corne de l’Afrique, pouvant parcourir jusqu’à 150 kilomètres par jour.

Désormais, on les retrouve au sud du Kenya, dans le comté de Taita Taveta, à la frontière tanzanienne. Selon la FAO, ils pourraient apparaître, ce week-end, dans le nord-est de la Tanzanie, notamment dans la région du Kilimanjaro. Leur progression devrait être, cela dit, ralentie, à la faveur d’un changement d’orientation du vent dans les prochains jours.

En attendant, cette nouvelle génération de criquets pèlerins a déjà pondu dans le sud de la Somalie et un risque de ponte est redouté dans les zones sablonneuses du nord-est du Kenya, provoquant ainsi la formation de nouveaux essaims d’ici début décembre.

Les autorités kényanes et la FAO continuent les opérations de lutte, notamment via l’épandage d’insecticide, seul moyen d’en venir à bout. Mais les criquets se reproduisent extrêmement vite. Une femelle pond une centaine d’œufs à elle seule en moyenne. Ils peuvent ainsi se multiplier par 20 tous les trois mois.

► À lire aussi : Les criquets pèlerins continuent de faire des ravages en Afrique de l’Est