Kenya : cette dette qui hypothèque l’avenir

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
Le Kenya a été contraint de faire de nouvelles dépenses pour pallier l’impact de la crise sanitaire, notamment sur son système sanitaire. 
Le Kenya a été contraint de faire de nouvelles dépenses pour pallier l’impact de la crise sanitaire, notamment sur son système sanitaire.

Autant le dire : les clignotants sont au rouge au Kenya. En l'espace d'une année, la dette publique a augmenté de 11,8 milliards de dollars, soit une hausse de plus de 21 %, selon la Banque centrale. Elle dépasse désormais les 66 milliards de dollars, alors que ce pays d'Afrique de l'Est a multiplié les emprunts pour faire face à une baisse de revenus de 14 % due à la pandémie de Covid-19 et mis en place divers projets d'infrastructure. L'État kenyan a aussi procédé à un allégement de taxes mis en place dès le mois d'avril pour accompagner les entreprises et les particuliers les plus vulnérables. Sans compter la mobilisation de 513 millions de dollars pour financer son plan de relance économique. Des montants qui inquiètent les experts, car le Kenya souffre depuis plusieurs années de son endettement. Et surtout, plusieurs de ces prêts arrivent à échéance. Ce qui n'est pas pour rassurer la société civile kenyane qui dénonce le fait que « le gouvernement emprunte pour rembourser les prêts », et donc ne se préoccupe plus en priorité des services aux citoyens. En effet, lorsqu'un pays emprunte pour rembourser des prêts, il n'y a pas de génération de nouvelle richesse et le pays pourrait ne pas être en mesure de rembourser ses prêts à l'avenir.

Une dette extérieure qui explose

D'après la banque centrale, 34,4 milliards de dollars de cette dette publique ont été contractés à l'étranger, et le reste au Kenya. « La plus grande partie de la dette accumulée durant cet [...] Lire la suite