Kenya : une campagne en ligne pour alerter sur les bidonvilles de Nairobi “remplis de saleté”

© Twitter / @Honeyfarsaf

Depuis début novembre, des habitants partagent des images de pollution et de fuites d'eaux usées à Korogocho, un bidonville situé à l'extérieur de Nairobi, la capitale du Kenya. Selon eux, cela fait 15 ans que le quartier est touché par des problèmes du genre. Une campagne en ligne visant à attirer l'attention des autorités s’est élargie pour dénoncer les problèmes de pollution, d'assainissement et de négligence du gouvernement dans les bidonvilles de Nairobi.

Korogocho est l'un des plus grands bidonvilles de la banlieue de Nairobi. Entre 150 000 et 200 000 personnes y vivent, entassés sur 1,5 kilomètre carré, souvent dans des maisons faites de boue, de parpaings et de tôle ondulée. En swahili, Korogocho signifie "entassé épaule contre épaule".

Le bidonville est confronté à de graves problèmes de drainage, provoquant des fuites d'eaux usées dans les rues. À cela s'ajoutent les tas d'ordures et de détritus qui jonchent le quartier. De nombreux habitants des bidonvilles de Nairobi n'ont pas d'eau courante, de toilettes et de systèmes adéquats d'élimination des déchets solides.

Face à l’absence de services d'assainissement appropriés ou d'infrastructures sanitaires, les habitants des bidonvilles sont contraints de dépendre de toilettes sèches ou de "toilettes volantes", où les gens jettent leurs besoins dans des sacs en plastique. Le tout s'écoule dans les rivières, participant à la pénurie d'eau potable.

“On ne peut pas marcher sur la route sans être éclaboussé par la saleté”

Yurub Isaak est étudiant, il est né et a grandi à Korogocho.