Kenya: à Meru, les acteurs se mobilisent pour prévenir de potentielles violences électorales

Plus que dix jours avant les élections présidentielles et législatives au Kenya. Différents organismes ont déjà souligné leurs inquiétudes à l’approche du vote, dans un pays où les affrontements post-électoraux sont récurrents. À Meru, dans la région centrale du Mont Kenya, les autorités locales et la société civile se mobilisent pour des élections sans violences.

Avec notre correspondante au Kenya, Albane Thirouard

Début juillet, alors que la campagne bat son plein à Meru, une caravane de la paix traverse le comté. Autorités locales et société civile y prennent part pour dissuader certains comportements perçus comme sources de tensions.

« Une des actions est de faire signer aux candidats une charte dans laquelle ils s’engagent à des élections libres, équitables et paisibles, et surtout à respecter le résultat. Il faut mieux prévenir que guérir », explique Frederick Ndunga, conseiller régional de Meru.

Comme à chaque scrutin, la perspective de violences plane sur le processus. dans le pays. La population garde notamment en mémoire les événements qui ont suivi le scrutin de 2007 où plus de 1 000 personnes ont perdu la vie et plusieurs milliers ont été déplacées.

Jets de pierres

À ce stade, Frederick Ndunga en appelle à la responsabilité des politiques : « Certains candidats, quand ils se rendent compte qu'ils ne sont pas très bien perçus, se mettent à tenir des propos désobligeants. Des mots qui décrivent la concurrence comme indésirable ou comme des moins que rien. Ce vocabulaire, on l’a vu par le passé, incite à la violence. »


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles