Keke, Guérini, Habib, Dupont-Aignan... Ces figures qui quittent l'Assemblée après les législatives

Ils ne reprendront pas leur siège dans l'Hémicycle. Plusieurs figures de l'Assemblée nationale dissoute par Emmanuel Macron le 9 juin dernier n'ont pas été réélues ce dimanche 7 juillet lors du second tour des élections législatives anticipées.

Arrivé en deuxième position derrière le Nouveau Front populaire, le camp présidentiel se sépare de plusieurs ministres. À commencer par Stanislas Guérini, ministre de la Fonction publique, qui a été battu dans la 3e circonscription de Paris par la candidate du NFP Léa Balage El Mariky. L'ancien patron de la République en marche n'a obtenu que 46,41% des voix, contre 53,59% pour sa rivale.

"Je reste et je resterai un militant parmi les militants", a écrit sur X celui qui a été "si fier de servir depuis 2017".

Sarah El Haïry, ministre déléguée chargée de l'Enfance, de la Jeunesse et des Familles, a elle aussi été battue dans la 5e circonscription de Loire-Atlantique. La députée sortante a récolté 37,38% des suffrages, contre 39,91 pour Fabrice Roussel, candidat du NFP.

Autre figure du camp présidentiel, l'ancien ministre de la Santé Olivier Véran n'a pas non plus convaincu la majorité des électeurs de la 1ère circonscription de l'Isère. Le député sortant a obtenu 40,24% des voix, derrière le candidat de l'alliance de gauche Hugo Prevost qui l'emporte avec 42,35% des suffrages.

"Ce soir, ma défaite se confond et s’efface derrière la victoire d’un pays qui a une fois encore dit non à l’extrême-droite", s'est tout de même réjouit l'ancien ministre.

Le NFP l'emporte sans Rachel Keke ni Valérie Rabault

À gauche aussi, plusieurs figures de l'Assemblée nationale n'ont pas été réélues, malgré la victoire du Nouveau Front populaire. C'est le cas de Rachel Keke, ex-députée insoumise battue dans la 7e circonscription du Val-de-Marne de quelques centaines de voix par le maire LR de L'Haÿ-les-Roses Vincent Jeanbrun.

La France insoumise fera aussi sans l'ancienne vice-présidente de l'Assemblée nationale Caroline Fiat, défaite dans la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle par le candidat du RN Anthony Boulogne.

Autre ex-vice-présidente de l'Hémicycle battue: Valérie Rabault dans la 1e circonscription du Tarn-et-Garonne. La socialiste s'est inclinée face à la candidate LR soutenue par le RN Brigitte Barèges. La maire de Montauban s'est imposée avec 51,25% des voix, contre 48,75% pour l'ancienne vice-présidente de l'Assemblée nationale.

Côté Parti communiste, Sébastien Jumel n'est pas parvenu à se distancer de son concurrent du RN Patrice Martin comme en 2022 dans la 7e circonscription de la Seine-Maritime.

La fin de 27 ans de présence à l'Assemblée pour Nicolas Dupont-Aignan

Le Rassemblement national, qui s'impose comme la troisième force politique dans la nouvelle Assemblée nationale, ne verra plus Grégoire de Fournas siéger dans ses rangs. Le député sortant de la 5e circonscription de la Gironde, qui avait eu des propos racistes à l'encontre du député insoumis Carlos Martens Bilongo, a été devancé par la candidate de l'alliance de gauche Pascale Got à un millier de voix près.

Meyer Habib, député sortant LR de la 8e circonscription des Français de l'étranger, voit son siège pris par Caroline Yadan, candidate Renaissance. Cette dernière l'a emporté avec 52,70% des voix, contre 47,30% pour celui qui est proche du Premier ministre israélien.

Élu depuis 2013, Meyer Habib a connu de nombreuses passes d'armes parfois très virulentes face à des députés de gauche depuis les attaques du Hmas contre Israël le 7 octobre dernier.

Ces législatives mettent aussi fin à 27 ans de présence de Nicolas Dupont-Aignan à l'Assemblée nationale. Le président de Debout la France a obtenu 37,48% des voix dans la 8e circonscription de l'Essonne, devant les 22% du candidat divers gauche François Drovoray mais derrière les 40,52% de la candidate NFP Bérenger Cernon.

"Je n'abandonne rien, très vite il y aura une nouvelle dissolution et nous leur offrirons un choix politique (...) je continue le combat avec Debout la France acr la France va être ingouvernable", a déclaré Nicolas Dupont-Aignan sur X.

Autre défaite marquante, celle de Jean Lassalle dans la 4e circonscription des Pyrénées-Atlantiques dans une triangulaire. En récoltant 23,16% des voix, celui qui a été député de 2002 à 2022 et s'est présenté deux fois à l'élection présidentielle, est arrivé derrière le RN et le NFP, dont le candidat Iñaki Echaniz l'a emporté avec 47,92% des suffrages.

Article original publié sur BFMTV.com