Keira Knightley évoque le harcèlement que subissent les femmes au quotidien

·2 min de lecture

En Une du magazine «Harper’s Bazaar», l’actrice britannique Keira Knightley évoque le harcèlement que subissent les femmes au quotidien, partageant sa tristesse de voir cette situation se prolonger.

Discrète dans la vie, Keira Knightley est habituée à jouer des rôles des personnages forts au cinéma. C’est donc tout naturellement qu’elle s’engage pour la cause des femmes. La comédienne britannique, en Une du magazine «Harper’s Bazaar», évoque dans son interview les abus que doivent subir les femmes au quotidien, regrettant que «littéralement» toutes aient un jour dû faire face à un acte de misogynie dans leur vie. Elle explique que comme d’autres avant elle, elle a subi le harcèlement de certains hommes, indiquant ne connaître aucune de ses proches qui n’a pas un jour été touchée par le même mal qu'elle qualifie de «déprimant».

Elle ajoute que ce harcèlement peut se présenter sous différentes formes : un homme qui montre ses parties intimes, se frotte, quelqu’un qui tient des propos menaçants… Et comme beaucoup, elle a réalisé qu’elle prenait de nombreuses précautions pour se protéger. «C’est lorsque les femmes ont commencé à faire la liste de toutes les choses qu’elles font lorsqu’elles rentrent chez elle pour être sûres d’être en sécurité que je me suis dit : Je fais chacune de ces choses aussi, et je ne l’avais même pas réalisé».

Le souvenir de Sarah Everard

Le Royaume-Uni a été particulièrement traumatisé dernièrement par le meurtre d’une jeune femme tuée alors qu’elle rentrait chez elle à Londres. Elle a été enlevée par un policier et a été retrouvée morte plus tard. Suite à ce drame, de nombreuses voix se sont exprimées dont celle de Kate McCann, correspondante politique sur Sky News, qui partagé une série de Tweets partagés des milliers de fois à travers le monde, listant tous les gestes auxquels les femmes sont confrontés lorsqu’elles sont seules dans la rue le soir. «Ce qui est arrivé à Sarah Everard a(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu peut également vous intéresser :