Keiko et Lute, les dépeceurs chinois