"Kebab" ou "grec" ? Le débat fait rage sur les réseaux sociaux

·1 min de lecture

Après le duel pain au chocolat, chocolatine, c'est un nouveau débat culinaire qui a fait rage sur les réseaux sociaux lundi, à la suite de la publication d'un article du Parisien. Kebab ou grec ? Une bataille s'est engagée entre Paris et les régions de France avec près de 10.000 réactions sur le réseau social Twitter. Une règle semble se dessiner : à Paris, c'est un grec, ailleurs, un kebab.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un clash Paris-Province

 Le sujet prête à sourire, au vu de l'actualité, comme souligne le Twittos Prince. "On est à ça de se partir en guerre avec l’Arabie Saoudite, mais heureusement je n'ai jamais dit Kebab". Mais il n'en est pas moins l'objet d'âpres controverses. 

"Si Paris a décidé Grec, c'est le mot officiel", assure Alim. Pareil pour Maxime, un peu plus méprisant : "ceux qui disent 'kebab' sont les mêmes qui disent 'je vais en ville'". Car derrière ce débat séculaire autour d'une spécialité popularisée dans les années 1970 à Berlin par un Turc, un certain Kadir Nordmann, c'est surtout un clash Paris-Province qui se dessine. Et l'internaute Obi Wan cherche à mettre de l'huile sur le feu. "Certaines régions disent 'la kebabatine', d’autres, 'le pain aux viandes'". 

Autre différence : le prix. Pour Odel, il est grandement influencé par le nom. "La différence c'est qu'un&...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles