Kazakhstan : le bilan monte à 160 morts, 6 000 personnes arrêtées

·1 min de lecture
Le président Kassim-Jomart Tokaïev a adopté une réponse ferme face aux émeutiers. Il a donné ordre à la police de tirer à vue, fait emprisonner son ancien directeur du renseignement, et fait appel à l'armée russe. 
Le président Kassim-Jomart Tokaïev a adopté une réponse ferme face aux émeutiers. Il a donné ordre à la police de tirer à vue, fait emprisonner son ancien directeur du renseignement, et fait appel à l'armée russe.

La situation est toujours très tendue au Kazakhstan, quelques jours après que de très violentes émeutes ont éclaté dans le pays. Le gouvernement semble durcir la répression dans les rues du pays. Les affrontements qui ont secoué le pays cette semaine ont fait au moins 164 morts, selon un nouveau bilan en forte hausse, les autorités du plus grand pays d'Asie centrale continuant leur implacable répression, avec près de 6 000 arrestations.

Ce bilan, qui n'a pas pu être vérifié de manière indépendante, est en forte hausse. Les autorités avaient jusque-là fait état de 26 manifestants et 16 membres des forces de sécurité tués et plus de 2 000 personnes blessées. La présidence a annoncé dimanche que 5 800 personnes avaient été arrêtées et 125 enquêtes ouvertes dans le sillage de ces émeutes inédites depuis l'indépendance, en 1989, de ce pays de 19 millions d'habitants riche en hydrocarbures.

Samedi 8 janvier, le Comité national de sécurité (KNB Services secrets) a annoncé que son ancien responsable, Karim Massimov, avait été interpellé et placé en détention jeudi dernier, 6 janvier. Il est soupçonné de « haute trahison ». Karim Massimov, 56 ans, avait été limogé en début de semaine, à la suite des émeutes.

Au même moment, la situation kazakhe continue de préoccuper la scène internationale, très impliquée dans le dossier. Samedi, Vladimir Poutine et son homologue kazakh, Kassim-Jomart Tokaïev, ont fait savoir qu?il avait eu une « longue » conversation téléphonique, e [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles