Kate et William intouchables : le jour où le prince Charles a traité son frère Edward de "crétin"

·1 min de lecture

Au fil des années, Charles a rencontré bien des problèmes avec ses frères. Bien avant qu'Andrew n'embarrasse la Couronne avec l'Affaire Epstein, Edward, le fils cadet de la reine, avait connu quelques soucis avec le futur monarque, qui n'avait pas hésité à le traiter de "crétin" suite à une différend au sujet de Kate et de William, informait Katie Nicholl dans le documentaire Royals at war.

La brouille entre les deux frères remonte à 2001. William, alors étudiant à l'université St. Andrews, pensait pouvoir jouir de sa liberté comme n'importe quel autre jeune homme de son âge. Mais alors qu'il débutait son histoire d'amour avec Kate Middleton loin des regards indiscrets, son père avait eu la mauvaise surprise d'apprendre qu'une équipe de tournage suivait de près le duc. Interrogés, les employés avaient fini par reconnaître qu'ils travaillaient pour Ardent, une société de production appartenant au prince Edward, et ce, alors même que le palais avait ordonné à la presse de laisser William tranquille. Une information qui avait mis le prince Charles dans une colère noire selon l'auteure.

Hors de lui, le prince de Galles avait alors décroché son téléphone, bien décidé à faire passer un sale quart d'heure à Edward. "Il lui a dit qu'il était un crétin et peut être d'autres mots bien choisis", expliquait-elle, et d'ajouter : "le message était on ne peut plus claire : 'tu t'es mal comporté. Quitte St. Andrews sur le champ'". Quelques mois après cet incident, le duc de Wessex annonçait quitter (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Laeticia Hallyday séparée de Pascal : cette déclaration qui semait le doute
Bernard Tapie : ce jour où sa femme Dominique l’a empêché de commettre l’irréparable
Emmanuel et Brigitte Macron : leur anecdote amusante sur leur mariage
Meghan Markle et Harry “ignorants” : ce scandale diplomatique qu’Elizabeth II leur a épargné
François Bayrou bichonne Bruno Le Maire : pourquoi il ne veut surtout pas « l’emmerder »