Kate Middleton et William mieux traités que Meghan Markle et Harry ? Ce tweet cinglant du biographe des Sussex

·1 min de lecture

Adeptes d'un comportement exemplaire dès les débuts de la crise sanitaire, applaudissant le personnel soignant publiquement aux côtés de leurs trois enfants depuis le seuil d'Anmer Hall, Kate Middleton et le prince William ont pourtant bafoué les restrictions imposées au Royaume-Uni en raison du coronavirus. S'il constate que le duc et la duchesse de Cambridge sont pointés du doigt pour ce faux pas, non-respectueuse de la règle des six personnes regroupées, le journaliste Omid Scobie ne cache pas son exaspération. Dans une publication relayée sur son compte Twitter ce mardi 22 décembre, l'auteur du livre Finding Freedom, consacré au couple formé par Meghan Markle et le prince Harry, a dénoncé un favoritisme médiatique. "Imaginez si cela impliquait un certain autre couple royal ?", a-t-il amorcé. Évidemment, il est ici question des parents du petit Archie. "Des émissions bas de gamme appelleraient tous les experts furieux, des rapports urgents affirmeraient que la Reine est 'déçue' (par source royale), et un nouveau sondage YouGov, du jour au lendemain, demanderait que leurs titres soient supprimés." Référence explicite à l'acharnement réservé à l'ex-actrice et à son époux.

Il n'en démord pas. Dans la foulée de ce commentaire cinglant et lourd de reproches à l'encontre des tabloïds britanniques - auxquels les Sussex ont d'ailleurs déclaré la guerre - Omid Scobie a été interpellé par Chris Ship, expert royal pour ITV News, ce dernier plaidant la bonne fois de "certaines chaînes (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Charlotte Casiraghi animatrice de débats : ce projet qui créé la surprise
Muriel Robin "bouleversée" : l'humoriste au bord des larmes dans une vidéo
"Je change des couches, pas les miennes" : George Clooney très drôle sur son confinement en famille
Ivanka Trump et la chirurgie esthétique : cette grosse opération encouragée par son père Donald Trump
Claude Brasseur est mort à 84 ans "entouré des siens"