Kate Middleton : comment elle s’est débarrassée de ses rivales pour épouser William

1 / 38

Pourquoi Kate Middleton porte-t-elle 3 bagues à l’annulaire ?

Ce 29 avril, Kate Middleton et le prince William fêtent leur noce de faïence. Neuf ans après leur si attendu mariage, le couple est désormais parent de trois enfants. Une fin de conte de fée pour une histoire débutée en 2002, quand la jeune femme participe à un défilé de mode caritatif et tape dans l'oeil du prince grâce à sa robe très transparente. Pourtant, la relation entre les jeunes amants n'a pas été de tout repos et avant de pouvoir convoler avec son futur époux, Kate Middleton a dû se battre et se débarrasser de ses rivales.

Et pour cela, il lui aura fallu beaucoup de patience, au point de se voir surnommer "waity Kate", "Kate qui attend". Le prince William aura en effet pris son temps avant de demander la jeune femme en mariage en 2010. Si la tâche de trouver quelqu'un prêt à assumer le rôle de future souveraine n'est pas aisé, le prince William semble avoir peur de l'engagement et préfère sa vie de coureur de jupons, aimant fricoter avec des mannequins.

Il y a d'ailleurs une autre femme avec qui on lui a prêté une relation : Jecca Craig, une amie d'enfance. En 2000, le prince William a passé l’été de son «gap year» - une année sabbatique - dans la réserve de la famille de Jecca Craig au Kenya : c'est là que naît une rumeur de relation entre les deux. En 2003, Jecca était même invitée à la fête d’anniversaire de William et assise à la table d'honneur. Quelques années plus tard, il se murmure qu'elle pourrait être derrière la rupture du couple Kate et William...

Kate Middleton

Retrouvez cet article sur GALA

Jean-Michel Blanquer prêt à en découdre : cette petite phrase qui en dit long
Le prince Harry actif en plein confinement : il dévoile son premier projet personnel depuis le Megxit
Édouard Philippe : sa stratégie pour éviter les fuites avant son discours
Kim Jong-un : qui est la popstar qu’il a fait assassiner ?
Des candidats de Koh-Lanta menacés de mort : la production saisit la justice