Kate Middleton : pourquoi elle a effrayé les ex de Harry, Chelsy Davy et Cressida Bonas

·1 min de lecture

Avant de voir Harry convoler en justes noces avec Meghan Markle, les Britanniques ont vu passer dans la vie du prince deux autres femmes d’importance. La première, Chelsy Davy, a entretenu une relation chaotique avec le frère de William de 2004 et 2010. La deuxième, Cressida Bonas, qui a finalement épousé un autre Harry, a été en couple de 2012 à 2014 avec le duc de Sussex. Des relations très médiatisées, dont les ruptures auraient été influencées par Kate Middleton, selon l’historien de la royauté, Robert Lacey, cité par le Mirror.

Dans son livre Battle of the Brothers, Robert Lacey affirme en effet que les deux jeunes femmes auraient pris conscience de ce que signifiait réellement un mariage avec un membre de la famille royale, en voyant le couple formé par les Cambridge. Chelsy Davy aurait notamment expliqué à une amie ne pas se sentir capable de faire les sacrifices consentis par Kate Middleton. Cressida Bonas aurait, elle, eu un déclic lors de la tournée du duc et de la duchesse de Cambridge avec leurs enfants en Australie, poursuit l’historien.

En regardant Kate Middleton et le prince George faire face aux médias du monde entier en descendant de leur avion, l'actrice aurait été "complètement effrayée" et aurait dit à Harry qu'elle ne voulait pas mener cette vie avec ses enfants. Une existence dont semble pourtant s’être parfaitement accommodée la duchesse de Cambridge, et qu’elle a même appelée de ses vœux dès sa rencontre avec son futur époux. Il n’en a pas été de même pour (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Business de Johnny Hallyday : Laeticia reprend la main et annonce de grands projets
Brigitte et Emmanuel Macron : ces étreintes clandestines dans le dos du frère de la Première dame
Kate Middleton : son plan B, si elle n’avait pas "menotté" William
Le prince Philip amer : pourquoi Meghan Markle et Harry sont des ingrats à ses yeux
“Des caprices de prima dona” : l’accouchement de Meghan Markle, un autre sujet d’agacement pour William