Kate Middleton "ennuyeuse" : sa revanche sur les railleries, à l'heure du Megxit

Une approche "intelligente", mais "parfois ennuyeuse". C'est ainsi que le chroniqueur royal Omid Scobie, proche des Sussex, résumait la course de fond entreprise par Kate Middleton, depuis son mariage avec William en avril 2011, devant les caméras de la web TV True Royalty, en février dernier. Un passage remarqué par le quotidien The Express et qui ne manque pas de saveur ce 31 mars 2020, date officielle du Megxit. Vrai que la duchesse de Cambridge, bonne élève du clan Windsor, mère de famille nombreuse et adepte du classicisme en matière vestimentaire, aura moins fait claquer les portes de Buckingham que Meghan Markle, esprit rebelle et véritable tornade californienne.

Las, les Sussex, qui voulaient incarner un vent de modernité, se sont vite essoufflés. Beaucoup de bruit pour rien. Retour à la case départ d'Hollywood pour l'ex-héroïne de Suits, avenir relativement incertain pour Harry, et pire que tout, une réputation de lâcheurs outre-Manche. Les Sussex voulaient changer les mentalités. Ils ont échoué à bousculer les lignes au sein même de la famille royale. Retour à l'ordre, celui de la lignée notamment : Kate et William, forces tranquilles, ont su émerger et s'imposer en temps de crise.

Kate a privilégié l'endurance, la maîtrise de ses sujets et un fort réseau, autant d'atouts qui lui servent aujourd'hui

"William et Kate préfèrent jouer la sécurité. C'est ce qui leur convient. Kate ne s'est jamais attaquée à un sujet polémique", faisait remarquer Omid Scobie, toujours devant

Retrouvez cet article sur GALA

Thomas Sotto tance les "lâches" qui demandent aux soignants de déménager
VIDÉO - Didier Raoult conseille Emmanuel Macron dans l'ombre depuis des semaines
PHOTO - Lara Fabian, confinée, rend hommage à sa maman morte il y a un an
Un acteur de Star Wars meurt du coronavirus dans de terribles circonstances
VIDÉO - Ce jour où Pierre Bénichou s'est moqué de Jacques Chirac, dans une colère noire