Katalin Novák, produit d'Orbán et future présidente de la Hongrie

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Katalin Novák, alors ministre de la Famille, lors d'un discours tenu le 23 septembre 2021 à Budapest. | Attila Kisbenedek / AFP
Katalin Novák, alors ministre de la Famille, lors d'un discours tenu le 23 septembre 2021 à Budapest. | Attila Kisbenedek / AFP

Budapest, 8 avril 2018. Au soir de sa troisième victoire électorale consécutive, le Premier ministre Viktor Orbán remercie à la tribune les supporters survoltés qui se sont rassemblés devant le centre culturel Bálna, bordant le Danube. Quelques pas sur la gauche du leader «illibéral», Katalin Novák, robe multicolore et boucles d'oreilles pendantes orange siglées Fidesz, le parti au pouvoir, boit ses paroles. L'allocution terminée, Orbán, Novák et les cadres de l'écurie nationale conservatrice entonnent l'hymne national magyar tel un chant d'église, suivis par une foule extatique ovationnant le triomphe du Fidesz.

À l'époque, Katalin Novák officie comme secrétaire d'État chargée de la Famille et de la Jeunesse, assure l'une des vice-présidences de la formation contrôlant la Hongrie d'une main de fer depuis 2010, et vient de remporter un siège de députée. Le 1er octobre 2020, la quadragénaire décrochait un influent ministère de la Famille sans portefeuille. Au printemps prochain, l'ambassadrice de la politique nataliste de l'exécutif, adoubée le 22 décembre 2021 par Viktor Orbán, devrait obtenir sans difficulté l'onction du Parlement et devenir la première femme à diriger la Hongrie.

Juriste polyglotte

Originaire de Szeged, grande ville universitaire du sud de la Hongrie, Katalin Novák récupèrera sauf cataclysme le fauteuil de János Áder, forcé de se retirer le 10 mai 2022 au terme de son second quinquennat, comme le prévoit la Constitution. Le vote interviendra dans les trente à soixante jours précédant la fin du mandat actuel.

Novák n'était pas l'option privilégiée d'Orbán: le Premier ministre souhaitait que László Kövér, président de l'Assemblée nationale, devienne le chef de l'État. Mais le cofondateur du Fidesz (en mars 1988), intime du capitaine de la Hongrie, a décliné l'offre.

«Katalin Novák...

Lire la suite sur Slate.fr.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles