Karine Lacombe victime de cyberharcèlement : la vie pas si facile des médecins stars

·1 min de lecture

Depuis plus d'un an, et le début de l'épidémie de Covid-19, les Français ont pris l'habitude de voir et écouter différents médecins sur les plateaux de télévision. Invités à commenter l'actualité sanitaire et témoigner de la situation hospitalière en France, ils n'échappent pas aux critiques sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui vire parfois même à du cyberharcèlement. Tel a été le cas de Karine Lacombe, qui s'est confiée à ce sujet ce dimanche 21 mars, au micro de BFMTV. "En avril dernier 2020, j'ai dû fermer mon compte Twitter à cause d'un cyberharcèlement ciblé qui était absolument insupportable", a indiqué l'infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine (AP-HP) de Paris.

Le 17 mars dernier, Karine Lacombe a signé une tribune, écrit par "un collectif de citoyens contre la désinformation", en faveur d'une information médicale vérifiée, notamment en ces temps de Covid-19. "Il faut savoir que beaucoup de citoyens qui participent à la lutte contre la désinformation subissent des pressions énormes, des menaces, des divulgations de leur identité. On souhaiterait qu'il y ait des mesures qui soient prises pour lutter contre le cyberharcèlement et surtout protéger les personnes qui luttent contre la désinformation", a expliqué la médecin sur BFMTV.

Karine Lacombe n'est pas la seule médecin à subir les conséquences de son exposition médiatique. Michel Cymes a notamment été victime d'usurpation d'identité par les créateurs de plusieurs publicités (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Shy’m jeune maman : sa silhouette bluffe, moins de 2 mois après son accouchement
Affaire PPDA : "J'étais étrangère à la scène" raconte Florence Porcel
VIDÉO - "Il faut arrêter les hostilités" : Philippe Douste-Blazy prône l'union sacrée des vaccins
PHOTOS - Sectes et célébrités : des témoignages édifiants
Meghan Markle et Harry : cette prise de guerre qui ne va pas plaire à William et Kate