Karine Lacombe : l'infectiologue évoque "le ras-le-bol de tout le monde" face aux nouvelles mesures

·1 min de lecture

Invitée à prendre la parole ce dimanche 21 mars à l'antenne de BFMTV, l'infectiologue Karine Lacombe n'a pas caché son étonnement en voyant les bains de foule à Marseille. Des milliers de personnes ont participé dans la journée au carnaval des quartiers à Marseille, dit de La Plaine, dans la cité phocéenne. Un événement non déclaré, a commenté la Préfecture de Police des Bouches-du-Rhône sur sa page Twitter : "Ni déclaration en préfecture, ni masques, ni distanciation physique. Irresponsabilité totale des participants au carnaval de #LaPlaine à #Marseille en pleine crise sanitaire." Un relâchement évident qui résulte, selon Karine Lacombe, d’"un ras-le-bol de tout le monde face à une situation où on a fêté cette semaine les un an du premier confinement". L'infectiologue a également estimé sur BFMTV que les nouvelles mesures sanitaires, annoncées par le Premier ministre Jean Castex ce jeudi 18 mars, ne seraient pas suffisantes pour endiguer l'épidémie de coronavirus.

La cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine de Paris n'est pas certaine de l'efficacité que vont avoir ces nouvelles restrictions sanitaires. "Ces nouvelles mesures de confinement interrogent beaucoup par rapport à ce qui existait déjà auparavant", dit-elle. Pour Karine Lacombe, la "bataille" sur les contaminations n'est pas encore gagnée. "On voit bien, avec le grand nombre de personnes contaminées, plus de 25 000 par jour, qu'on n'est pas du tout dans la maîtrise de la contamination", (...)

Lire la suite sur le site de GALA

« C'était terrible » : Christine Bravo revient sur son passage dans « Pas de pitié pour les croissants »
Mort de Nawal El Saadawi : qui était cette célèbre féministe et écrivaine de talent ?
« Brigitte Macron est tellement sexy » : cette star internationale sous le charme de la Première dame
Jane Fonda : "j'ai échoué terriblement dans le domaine sentimental”
PHOTO - Sylvie Tellier confinée dans un "petit coin de paradis"