Karim Aga Khan ne financera plus le château de Chantilly

Le prince Karim Aga Khan arrête de financer le château de Chantilly. Un départ "pour raisons personnelles" qui sonne comme un véritable coup dur pour le Domaine de Chantilly. En effet, comme le rapporte Le Parisien, le mécène a décidé de se retirer cette année après avoir injecté 70 millions d'euros dans le monument depuis 2005. Il était depuis cette date à la tête de la Fondation pour la sauvegarde et le développement du domaine de Chantilly. Le domaine a en effet annoncé ce mercredi 8 janvier que le chef religieux de la communauté ismaélienne se retirait cette année de la gestion du château.

Le site historique va donc devoir de toute urgence trouver de nouveaux financements. Un casse-tête quand on sait que la fondation d’Aga Khan avait financé l'ensemble des grandes rénovations du château de Chantilly et gérait sa promotion depuis déjà quinze ans. Une publicité qui semblait fonctionner avec succès puisque, comme le rappelle Le Parisien, le château de Chantilly a accueilli 425.000 touristes en 2019, soit une hausse de 7% par rapport à 2018, et 100.000 visiteurs de plus qu'avant l'arrivée du mécène.

>> À lire aussi - Chantilly : pourquoi le choix de Macron d'y recevoir le Premier ministre indien est très calculé

"Au 1er juillet 2020, tout le domaine va revenir dans le giron de l'Institut de France, comme avant 2005", a expliqué Christophe Tardieu, le nouveau vice-président de la Fondation. Il a été nommé justement afin d'assurer la transition et aura fort à faire puisqu'il va devoir gérer la promotion culturelle du château et surtout la gestion économique du domaine sans la manne financière du prince Aga Khan.

"Un énorme défi"

Même si le château dispose de ressources financières propres avec 7,5 millions d'euros de recettes en 2019, cela ne suffira pas à couvrir l'intégralité de ses charges de fonctionnement, qui s'élèvent à près de 4 millions d'euros par an, sans compter le personnel. "C'est un énorme défi, il va falloir que nous trouvions un nouvel équilibre", reconnaît

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Carlos Ghosn veut toucher sa retraite et attaque Renault en justice
Les produits dont les prix ont flambé en 2019, la contre-attaque de Carlos Ghosn... Le flash éco du jour
Malgré les incendies, Siemens maintient sa participation à un projet controversé en Australie
Retraites : Edouard Philippe en appelle à la "responsabilité" des grévistes
La France est toujours le pays le plus attractif d'Europe pour les industriels étrangers