Karaokés, cinémas… Aux États-Unis, des toilettes qui sont bien plus que de simples commodités

JONAH ROSENBERG / NYT

“Des haut-parleurs diffusent des chansons pop en mandarin, cantonais et taïwanais. Des lumières stroboscopiques dansent sur les murs. Une boule à facettes tournoie au plafond”, décrit The New York Times. Contrairement à ce que la description pourrait laisser penser, le journal américain n’esquisse pas le portrait d’un karaoké, mais celui de toilettes. Plus précisément celles de WenWen, un restaurant taïwanais de Brooklyn, à New York.

Car si elles sont considérées comme utilitaires depuis des décennies, les toilettes semblent de plus en plus devenir des lieux de vie à proprement parler. “Il y a des toilettes qui vont bien au-delà du confort ou de l’humour pour exprimer haut et fort ce qui fait l’originalité du restaurant”, déclare le quotidien new-yorkais. Une vision partagée par Eric Sze, le propriétaire du restaurant WenWen, qui, faisant allusion à l’œuvre littéraire de C. S. Lewis, voit ses commodités comme “une petite porte vers le monde de Narnia”.

À chaque restaurant son univers

Customiser ses toilettes, c’est aussi “un moyen facile de surprendre la clientèle”, de lui offrir un voyage dans une ambiance bien particulière. Nasim Alikhani est copropriétaire d’un restaurant dans le Massachusetts. Dans son établissement, les toilettes font office de salle de cinéma revisitée : des films iraniens y sont projetés sur le mur. Mais la chef va encore plus loin en proposant à ses clients des films interdits en Iran après la révolution de 1979 sous prétexte de leurs influences occidentales.

Elle explique au New York Times :

“Ma mission ici n’est pas seulement de servir des plats iraniens. Je propose aussi une vitrine de la culture, la musique.

Si les “WC qui valent le détour” existent depuis longtemps dans le milieu de la restauration, leur nombre augmente progressivement ces dernières années. Au point de devenir le nouveau lieu où prendre des selfies : “Aux toilettes, personne ne nous juge. On peut s’évader”, livre Joe Romano, programmeur pour l’entreprise Meta.

Musée d’un nouveau genre ou “espace de relaxation en retrait du restaurant”, les toilettes pourraient ainsi devenir un critère tout aussi important que la qualité de la nourriture servie dans un établissement. À condition de ne pas oublier leur but premier, conclut The New York Times : “Quel que soit le nombre de luxueux aménagements, la fonction fondamentale des WC restera toujours la même.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :