Kanye West soutient Kyrie Irving, accusé d’avoir promu un film antisémite

NEW YORK, NEW YORK - OCTOBER 29:  Kyrie Irving #11 of the Brooklyn Nets reacts in the fourth quarter against the Indiana Pacers at Barclays Center on October 29, 2022 in the Brooklyn borough of New York City. The Indiana Pacers defeated the Brooklyn Nets 125-116. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. (Photo by Elsa/Getty Images)
Elsa / Getty Images NEW YORK, NEW YORK - OCTOBER 29: Kyrie Irving #11 of the Brooklyn Nets reacts in the fourth quarter against the Indiana Pacers at Barclays Center on October 29, 2022 in the Brooklyn borough of New York City. The Indiana Pacers defeated the Brooklyn Nets 125-116. NOTE TO USER: User expressly acknowledges and agrees that, by downloading and or using this photograph, User is consenting to the terms and conditions of the Getty Images License Agreement. (Photo by Elsa/Getty Images)

ANTISÉMITISME - « Il y a encore des vrais ici » : ce message posté sur Instagram est signé Kanye West. Dans la tourmente depuis plusieurs semaines après ses propos antisémites et racistes, le rappeur américain a volé au secours de Kyrie Irving, lui aussi accusé d’antisémitisme, ce dimanche 30 octobre.

Trois jours plus tôt, le basketteur, superstar de la NBA, a partagé sur ses réseaux sociaux un lien Amazon menant au film « Hebrews to Negroes : Wake Up Black America », sorti en 2018 et ouvertement antisémite.

Réalisé par Ronald Dalton Jr, le long-métrage est adapté d’un livre éponyme datant de 2015, dans lequel il est écrit par exemple que « de nombreux juifs célèbres de haut rang » ont « admis » avoir « adoré Satan ou Lucifer ». L’ouvrage cite également des passages de la publication antisémite « Les Protocoles des Sages de Sion » et fait référence aux « médias d’information contrôlés par les Juifs ».

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Kyrie Irving, coutumier des polémiques et controverses, s’est donc rapidement attiré les foudres des internautes, mais aussi de sa propre franchise, les Brooklyn Nets. Celle-ci, par l’intermédiaire de son propriétaire Joe Tsai, a fermement condamné les actes de son joueur.

« Je suis déçu de voir que Kyrie semble soutenir un film basé sur un livre rempli de désinformation antisémite, a-t-il déploré. Je veux avoir une discussion avec lui et m’assurer qu’il comprend que c’est blessant pour nous tous, et qu’en tant qu’homme de foi, il est mal de promouvoir la haine basée sur la ‘race’, l’ethnie ou la religion ». Et d’ajouter : « Cela dépasse les frontières du basket. »

« Est-ce que j’ai fait quelque chose d’illégal ? »

Attaqué de toute part, le principal concerné s’est ensuite justifié sur ses réseaux sociaux. « L’étiquette d’antisémite qu’on m’a collée n’est pas justifiée et ne reflète pas la réalité ou la vérité dans laquelle je vis tous les jours. Je respecte et je veux apprendre de tous les milieux et de toutes les religions, a-t-il écrit. Je suis un omniste [personne qui reconnaît et respecte de toutes les religions ou l’absence de religion, ndlr] et je ne voulais manquer de respect aux croyances religieuses de quiconque. »

Et de poursuivre, cette fois en conférence de presse ce samedi 29 octobre : « Est-ce que j’ai fait quelque chose d’illégal ? S’il vous plaît, arrêtez d’appeler ça une promotion (...) Allons de l’avant. Passons à autre chose. Allons de l’avant, ne me déshumanisez pas ici. »

Et quelques heures plus tard, Kanye West signifiait son soutien à Kyrie Irving sur son compte Instagram.

Antivaccin anti-Covid

En 2021, Kyrie Irving avait notamment fait parler de lui pour son refus de se faire vacciner contre le Covid-19. Un « non catégorique » qui l’avait empêché de prendre part à une bonne partie des rencontres à domicile de sa franchise. Et pour cause, les protocoles sanitaires au sein de l’Etat de New York interdisaient à l’époque à un adulte n’ayant pas reçu de vaccin de s’entraîner ou de pratiquer un sport dans un lieu public.

En assumant pleinement son opposition au vaccin anti-Covid, l’ancien meneur des Cleveland Cavaliers était par la suite devenu une figure emblématique pour de nombreuses personnalités antivax aux États-Unis, notamment dans les rangs des républicains et conservateurs favorables à Donald Trump.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi