Kangouroo Girl : "J'ai mis du temps à aimer mon corps, il a forgé ce que je suis"

La rédaction d'Allodocteurs.fr
Après une intervention chirurgicale qui se déroule mal, Charlène voit sa vie basculer. Aujourd'hui, sur sa page Facebook "Kangouroo Girl", elle milite pour faire changer le regard sur les personnes vivant avec une stomie. 

Quand la vie bascule

"Suite à une opération, je me suis réveillée après neuf jours de coma, avec une cicatrice énorme, trois poches sur le ventre dont deux pour recueillir les selles et une sur la cicatrice pour un abcès, une sonde urinaire et des drains partout."

Atteinte d'une rectocolite hémorragique (maladie qui touche le côlon et le rectum), Charlène a subi il y a cinq ans une intervention relativement mineure, pour laquelle une stomie transitoire était censée être réalisée. Dans ce cas, les selles sont évacuées par un orifice sur l'abdomen, puis recueillies dans une poche. Mais l'opération tourne mal suite à une erreur chirurgicale : "j'ai été plongée en coma artificiel et j'avais un pansement à ventre ouvert car les chirurgiens essayaient de sauver le maximum d'intestin grêle et opéraient régulièrement. On ne savait pas si j'allais sortir du coma, ni dans quel état..." Finalement, son intestin grêle doit être extrêmement raccourci puisqu'il ne lui reste que 30 cm, au lieu des 6 mètres de longueur. La poche s'avère permanente et Charlène est nourrie par perfusion.

"C'est hyper difficile émotionnellement et j'ai eu des moments extrêmement éprouvants, se souvient-elle. Je me suis réveillée meurtrie psychologiquement et physiquement. A 18 ans, j'ai appris à nouveau à marcher, à boire, à déglutir !" Elle découvre un corps profondément transformé par l'intervention, qu'elle doit apprivoiser progressivement. Elle est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi