Kamoʻoalewa, l'astéroïde quasi-satellite de la Terre, serait un morceau de Lune

·2 min de lecture

Et voilà que l’astéroïde 2016 HO3 revient sur le devant de la scène. Détecté la première fois le 27 avril 2016, par le télescope d'étude des astéroïdes Pan-Starrs 1 à Haleakalā, à Hawaï, il ne s’agit pas seulement d’un membre de la famille des astéroïdes Apollon. Certes, comme tous les plus de 14.000 objets connus de ce type à ce jour, il s’agit d’un des géocroiseurs dont l’orbite elliptique a un demi-grand axe qui est strictement supérieur à 1 UA et une distance au Soleil au périhélie qui est inférieure à 1,017 UA. Mais 2016 HO3 est surtout un quasi-satellite de la Terre, ce qui veut dire que bien qu’il soit en orbite autour du Soleil son mouvement le conduit pour un temps à se déplacer comme s'il était en orbite autour de la Terre.


Animation de l’orbite autour du Soleil (en vert) de l’objet 2016 HO3. Ce petit astéroïde devrait rester un quasi-satellite de la Terre durant plusieurs centaines d’années. © Nasa, JPL

Depuis sa découverte, 2016 HO3 est devenu officiellement entretemps (469219) Kamoʻoalewa, un nom dérivé de l’hawaïen et trouvé dans un chant de création qui fait allusion à une progéniture qui voyage toute seule. On sait que sa taille est comprise entre quelques dizaines et une centaine de mètres. C’est donc un objet peu lumineux de sorte que les astronomes ont entrepris de l’étudier avec un puissant télescope, en l’occurrence le grand télescope binoculaire sur le mont Graham dans le sud de l'Arizona. On le connaît en anglais sous l’acronyme LBT, pour Large Binocular Telescope. Il possède deux miroirs de 8,4 mètres de diamètre, placés sur la même monture. Kamoʻoalewa est en effet environ 4 millions de fois plus faible que l'étoile la plus faible que l'œil humain puisse voir dans un ciel sombre. Mais avec des miroirs collecteurs aussi grands, assez de lumière peut être concentrée pour étudier par exemple des spectres de la surface de l'objet.

Un éjectat d'un impact lunaire ?

C'est justement en cherchant à mieux déterminer sa composition qu'une équipe...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles