Kalahari, l’autre loi de la jungle (France 2) : L'étonnante entraide entre animaux sauvages

·1 min de lecture

La nuit, la température peut descendre à 0°C. Le jour, elle grimpe jusqu’à 50°C. L’endroit a pour nom Kalahari, « la grande soif », dans l’une des langues locales, le tswana. Une vaste zone de 900 000 km2, plus ou moins désertique selon les saisons, et qui s’étend sur trois pays au sud de l’Afrique : le Botswana, la Namibie et l’Afrique du Sud. Les quelques habitants qui y vivent se nomment les San. Ils partagent leur univers, ou plutôt vivent au milieu d’une faune sauvage dont les noms font rêver : girafes, lions, éléphants, hyènes, phacochères, springboks, koudous, oryx…

À lire également

Athleticus (arte) - Quand les animaux sauvages font du sport !

Des chasseurs, des chassés. Des prédateurs et des proies. Mais aussi des animaux qui coopèrent et collaborent, comme le montrent les images, rares, de ce documentaire en deux parties. Un exemple frappant est celui de l’écureuil du Cap. Un animal qui, après avoir donné naissance à ses petits, est pris dans un dilemme insoluble : manger et survivre, ou surveiller sa progéniture et la garder en vie. En plein jour, le rongeur doit s’éloigner de son terrier pour partir en quête de nourriture. Sa portée, qui le suit, s’expose alors aux prédateurs. Pendant ce temps, un autre animal, la mangouste dorée, un petit carn... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles