Kah Walla : « Il ne faut plus prêter au Cameroun »

·1 min de lecture

Soudain, le son très énergique de la voix d?Edith Kah Walla nous parvient à l?autre bout du téléphone. La présidente du Cameroon People?s Party, candidate aux élections présidentielles de 2011 face à l?inamovible Paul Biya, n?a rien perdu de sa hargne. Depuis plusieurs semaines, elle se bat, aux côtés d?autres femmes et citoyens, pour savoir où sont passés les fonds alloués par le Fonds monétaire international aux autorités de son pays dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Depuis le début de la crise sanitaire, le FMI a approuvé des prêts d?urgence à plusieurs États, dont ce pays d?Afrique centrale, l?un des plus touchés sur le plan sanitaire. Rien d?étonnant pour Kah Walla, la cinquantaine et très critique envers le régime en place depuis 38 ans. Cette cheffe d?entreprise est également une observatrice avisée du monde des affaires au Cameroun. Elle pointe la corruption, l?absence d?alternance et le manque de perspectives, mais refuse d?en rester aux vives protestations. Aussi a-t-elle lancé une pétition en ligne, des actions de pression et peut compter sur un nombre impressionnant de soutiens parmi les Camerounais. Le fait que des femmes soient à la pointe de ce débat est loin d?être anodin ; au Cameroun, elles ont toujours été au-devant des luttes sociétales et politiques. Si l?opposante n?a rien perdu de ses ambitions présidentielles, l?heure est trop grave d?après elle pour aborder son propre destin. Elle s?est confiée au Point Afri [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles