A Kaboul, des musiciens inconsolables d'avoir abandonné leurs instruments

"Je suis vivante, mais les talibans ont pris mon âme", comme Bahar (nom d'emprunt), violoniste alto de 18 ans, les musiciens à Kaboul sont privés de leurs instruments depuis l’arrivée au pouvoir des talibans.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles