Kaamelott - premier volet : mais au fait, pourquoi le titre de la série et du film d'Alexandre Astier prend-t-il deux "T" ?

·1 min de lecture

On le sait, la patience est un plat qui se mange sans sauce. Pour autant, les fans de la série Kaamelott commençaient à ne plus avoir grand chose à se mettre sous la dent à force d’épuiser les replays de leur série favorite, celle-là même qui faisait jadis les beaux jours de M6. Et voilà qu'en l’an de grâce 2019, son créateur Alexandre Astier proclamait officiellement le retour d’Arthur, Perceval et consorts, héros délirants de sa parodie revisitant le mythe des chevaliers de la table ronde. A la différence que cette fois, cela ne se passe plus sur le petit mais le grand écran, dans Kaamelott : premier volet. Premier car une trilogie est prévue.

Bon, c’est bien joli tout ça, mais vous ne vous êtes toujours demandé pourquoi le titre de la série, et désormais du film, s'écrivait avec deux "T" et deux "A" ? Les inconditionnels de la première heure l’auront sans doute remarqué : dans ses premiers pilotes, soit avant le premier épisode définitif, Kaamelott s’écrivait avec un seul T. Mais voilà : Alexandre Astier tenait à ce que l’on prononce bien le T final du titre : Kaamelott et non Kamelot. C’est pourquoi un deuxième T a été ajouté au titre. Tout en conservant sa référence au château de Camelot, issu de la légende arthurienne. Quant au fameux double "A" du titre, une théorie voudrait que ce soit un clin d'oeil aux initiales du créateur de la série : Alexandre Astier. Certains diront “C’est pas faux”. Sachez en tout cas que le principal intéressé aurait nié cette rumeur.

Plus de dix (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Mort de Françoise Arnoul, actrice star des années 1950 et célèbre Nini de French Cancan
Space Jam - Nouvelle ère : en quoi la suite est-elle très différente ?
Sophie Marceau, victime d'un incident sur le tournage du film de François Ozon : "J'ai cru que j'allais crever"
Nicky Larson et le parfum de Cupidon : l'incroyable transformation physique de Philippe Lacheau
Sœur sourire (Arte) : la descente aux enfers de Jeanine Deckers

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles