K-pop, K-drama... K-art? La foire d'art Frieze débarque à Séoul

Cette semaine, la prestigieuse foire d'art Frieze s'est tenue pour la première fois à Séoul, la bouillonnante capitale sud-coréenne qui ambitionne de devenir le nouveau pôle artistique de la région.

La Frieze s'était jusqu'alors tenue dans des capitales artistiques traditionnelles comme Londres, Paris et New York, mais les experts du secteur estiment que Séoul constitue un choix naturel.

Ces dernières années, la Corée du Sud s'est imposée en tant que puissance culturelle, avec le succès international du film oscarisé "Parasite", de la série Netflix "Squid Game", ou encore des superstars de la K-pop, BTS, qui ont conquis les charts.

"La Frieze se tourne vers les villes où la culture est fortement valorisée", estime le directeur de la Frieze de Séoul, Patrick Lee.

Séoul possède une riche scène artistique, ajoute-t-il, avec "des artistes incroyablement talentueux, des musées de renommée mondiale, des collections privées, des organismes sans but lucratif, des biennales et des galeries, ce qui en fait un lieu idéal pour une foire d'art".

La foire, née à Londres, se tient alors que le monde de l'art se détourne de Hong Kong, longtemps considéré comme le coeur du lucratif marché de l'art asiatique, en raison d'incertitudes financières et politiques.

"Séoul est sans conteste le marché le plus dynamique et le plus enthousiasmant d'Asie actuellement", constate Alice Lung, directrice de la galerie Perrotin dont la deuxième salle a ouvert le mois dernier à Séoul.

Tim Schneider du média Artnet News observe que les ouvertures de grandes galeries occidentales comme Pace, Lehmann Maupin, Perrotin et Thaddaeus Ropac, suivies de Frieze, confirment que Séoul a "progressé" sur la scène artistique internationale.

"La Frieze de Séoul vient confirmer une nouvelle fois que la demande est là", affirme-t-il à l'AFP.

- Nouveaux investisseurs -

Le marché de l'art de Séoul a connu une croissance exponentielle depuis le début de la pandémie de Covid-19: les foires d'art locales ont enregistré l'an dernier des nombres record de visiteurs et de ventes.

"Quand les frontières ont été fermées (...), les gens se sont tournés vers les (catalogues en ligne)", explique Mme Lung à l'AFP.

"Cela a aidé les artistes coréens et les galeries à se développer plus rapidement et sans aucune contrainte physique, amenant de nouveaux collectionneurs" millennials ou de la génération Z.

Dans le même temps, la montée en flèche des prix de l'immobilier a incité de nombreux jeunes Sud-Coréens à rechercher d'autres options d'investissement.

"Beaucoup de jeunes ont goûté aux pertes amères des investissements en actions et en cryptomonnaies. Les oeuvres d'art sont apparues comme une valeur sûre, surtout après des success stories très médiatisées", déclare Hwang Dal-seung, président de l'Association des galeries de Corée.

Le défunt dirigeant de Samsung Lee Kun-hee aurait ainsi laissé un trésor d'antiquités et d'oeuvres d'art - de Monet, Dali ou encore Picasso - d'une valeur de 1,5 à 2,2 milliards d'euros, dont la valeur avait grimpé en flèche lorsqu'il en était propriétaire, ajoute M. Hwang.

Pour Tim Schneider, la Corée du Sud est un "microcosme de l'Asie" en ce qui concerne la croissance du nombre de collectionneurs nés après 1980 et qui exercent désormais une forte influence sur le marché.

"Les acheteurs de cette tranche d'âge et de cette région ont remodelé la hiérarchie des artistes les plus demandés à l'échelle internationale, et considérablement accéléré la vitesse à laquelle les artistes en devenir peuvent accéder à la renommée mondiale et aux prix les plus élevés", ajoute-t-il.

Le marché de l'art du pays a été estimé à près de 393 millions d'euros au premier semestre 2022, selon un rapport de juillet du Korea Arts Administration Service, soit davantage que pour toute l'année 2021.

- Nouvelle approche -

Selon Thaddaeus Ropac, qui a ouvert l'an dernier sa galerie à Séoul, la Corée du Sud offre une palette équilibrée de collectionneurs. Outre des spécialistes "très bien implantés" depuis des décennies, "on perçoit aussi une nouvelle approche de l'art" de la part de collectionneurs plus jeunes.

L'arrivée de la Frieze à Séoul créera certainement de nouvelles opportunités pour le marché de sud-coréen, avance-t-il, mais c'est "aussi le produit de ce que Séoul est devenu".

M. Schneider ajoute qu'"historiquement, chaque fois qu'une foire internationale de premier rang s'est installée dans une nouvelle ville, cela a confirmé que l'infrastructure du marché de l'art y était durable".

Mais il refuse d'associer l'essor de Séoul au déclin éventuel de Hong Kong. "Je pense que c'est une erreur de faire comme si l'Asie, un vaste continent composé de nombreux pays, d'histoires culturelles différentes et d'une formidable richesse, ne pouvait accueillir deux foyers du marché de l'art", observe-t-il.

sh/ceb/smw/jnd/juf/ybl