Kévin Mayer obtient sa qualification pour les JO dans un tournoi sur mesure

·1 min de lecture

Il était encore ruisselant de son 1.500 mètres qu'un bénévole l'informait d'un imminent contrôle antidopage. Même pas de quoi contrarier le sourire de Kevin Mayer. Il devait s'y attendre, comme il était "à peu près persuadé" que son plan se déroulerait sans accroc. Déjà venu trois fois en stage à la Réunion, il avait choisi l'île aux volcans pour se laver l'esprit et, dès l'ouverture des fenêtres de qualification, obtenir la sienne pour les Jeux de Tokyo. Histoire de clarifier les lendemains, sans parasite ni soubresauts sanitaires à gérer. Il sait désormais qu'il pensera "à ça chaque matin", à cet or olympique, seule gloire qui lui manque.

Voilà plus de deux ans qu'il n'avait plus bouclé un décathlon, celui de son record du monde (9.126 points). Quatorze mois qu'il n'en avait plus débuté un, celui des Mondiaux de Doha, abandon au huitième round. Alors hier soir, comptes bouclés à 8.552 points, soit 302 de plus que les minima requis, et accessoirement son quatrième meilleur total, les mots avaient autant le goût de la besogne bien faite que celui des promesses : "Faire ce score alors que je ne suis pas du tout réglé me laisse penser que ça pourra aller très haut."

Valéry Giscard d'Estaing et Mario Kart

Le rendez-vous avait été échafaudé pour lui, son équipe prenant une pleine part à l'organisation, le frère aîné Thomas en coordonnateur. Le dixième meeting de la Réunion s'est ainsi mué en un rendez-vous d'épreuves combinées, auquel la Fédération internationale, en manque de bi...


Lire la suite sur LeJDD