Le képi du premier soldat français tué en 1914 rejoint les collections du futur mémorial de Haute-Alsace

C’est l’une des pièces maitresses du musée qui doit prochainement ouvrir ses portes à Dannemarie, dans le Haut-Rhin. Le képi du caporal Peugeot, premier mort militaire de la Grande Guerre, a été prêté au mémorial de Haute-Alsace.La précieuse relique appartient, depuis la fin de la Première Guerre mondiale, au village de Joncherey, situé au sud du Territoire de Belfort. Commune où Jules-André Peugeot a perdu la vie le 2 août 1914, sous les balles ennemies, la veille de la déclaration de la guerre. Conservé dans une vitrine, puis dans le coffre-fort de la mairie pendant des années, la municipalité actuelle a souhaité offrir à cet objet historique une exposition digne de ce nom. D’où son prêt au mémorial de Haute-Alsace, situé à quelques kilomètres de Joncherey. Des photos du caporal Jules-André Peugeot, décédé à 21 ans, entourent le képi. "Le fait de pouvoir associer un objet à un visage, c’est important pour les visiteurs. Cela permet de se connecter émotionnellement à l’histoire d’individus qui ont connu des destins tragiques", commente Marion Lavaux, responsable du mémorial. Une tranchée pédagogique Le mémorial de Dannemarie plonge le visiteur au cœur de la Première Guerre mondiale et plus particulièrement dans le Sundgau, un des seuls territoires d’Alsace à être occupé par l’armée française durant l’intégralité du conflit. Uniformes militaires, chaussures, bottes… des milliers d’objets constituent la collection de ce musée. Une tranchée pédagogique pour montrer le quotidien des Poilus, avec d’un côté les Français et de l’autre les Allemands, est en cours de construction. Le site doit être inauguré en mai prochain, si toutefois la situation sanitaire le permet.