"J'y suis allé en me pinçant le nez" : Christophe Hondelatte raconte ses débuts aux faits divers

·1 min de lecture

À la télévision avec Faites entrer l'accusé, à la radio avec Hondelatte raconte et désormais en bande dessinée avec Tu ne tueras point. Christophe Hondelatte continue de développer son expertise en affaires criminelles avec la publication d'un roman graphique, publié en partenariat avec Europe 1 et adapté de ses récits. Pourtant, les faits divers n'ont pas toujours suscité sa curiosité, comme il l'explique mardi au micro d'Anne Roumanoff dans l'émission Ça fait du bien.

>> Retrouvez toutes les émissions d'Anne Roumanoff de 11h à 12h30 sur Europe 1 en replay et en podcast ici

"Les faits divers, ça ne m'intéressait pas des masses", reconnaît sans faux-semblant l'animateur. "Il faut quand même reconnaître que dans les années 1980, quand j'ai débuté le journalisme, les faits divers étaient vraiment la 'matière qui pue'. Personne n'en voulait. Tous les étudiants en journalisme et tous les jeunes journalistes voulaient faire de la culture, de la politique étrangère, ou de la politique. Les affaires criminelles n'étaient pas du tout à la mode."

"J'y suis allé en me pinçant le nez"

C'est pourtant avec ce type de sujets et l'émission Faites entrer l'accusé que Christophe Hondelatte connaît le succès à la télévision. "On m'a proposé ça pour faire de la télévision à France 2, donc sur une grosse chaîne. Je me suis dit que, quand même, je n'allais pas laisser passer cette occasion", se souvient-il. "Mais j'y suis allé, je le dis honnêtement, en me pinçant le nez."

Le temps aidant, l...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles