Justin Bieber critiqué pour avoir samplé Martin Luther King

Benjamin Pierret
·4 min de lecture

Des voix se sont élevées pour questionner l'utilisation d'enregistrements de Martin Luther King dans le dernier album de Justin Bieber, essentiellement composé de chansons d'amour.

Quel lien y a-t-il entre les chansons d'amour d'une star de la pop et les discours engagés de Martin Luther King, leader du mouvement américain pour les droits civiques dans les années 1960? Aucun, a priori, et c'est pourquoi l'utilisation d'enregistrements du militant sur le dernier album de Justin Bieber a généré quelques froncements de sourcils. Même si Bernice King, la fille de l'activiste assassiné en 1968, a elle-même remercié le chanteur canadien.

Justin Bieber a dévoilé son sixième album, Justice, vendredi dernier. Un titre évocateur pour un album sorti au lendemain d'une année marquée par la résurgence du mouvement Black Lives Matter et la mise en lumière des discriminations subies par les communautés noires. En février, pour annoncer la sortie du disque, il évoquait à demi-mot le contexte politique des Etats-Unis dans un communiqué:

"Je sais que je ne peux pas résoudre l'injustice en faisant de la musique, mais je sais que si nous faisons tous notre part en utilisant nos talents pour servir cette planète et nous aider les uns et l'autres, nous nous donnons plus de chances d'être unis", affirmait-il.

Instagram @justinbier
Instagram @justinbier

"#FinissonsEnAvecLeRacisme"

Jeudi, à la veille de la sortie du disque, Justin Bieber a annoncé son soutien à plusieurs organisations qui viennent en aide aux nécessiteux et œuvrent pour la justice sociale. Des organismes qui "représentent ce à quoi ressemble la justice lorsqu'elle est mise en œuvre", comme il l'explique. Parmi eux, figure le Martin Luther King Jr. Center, mémorial de Martin Luther King dont l'objectif est de combattre la violence. Ce message lui a valu les remerciements de Bernice King, fille de Martin Luther King et directrice du centre:

"Chacun d'entre nous, y compris les artistes et les acteurs du monde du divertissement, peut faire quelque chose", a-t-elle écrit sur Twitter. "Merci Justin Bieber pour ton soutien, en l'honneur de la "Justice", au travail du Martin Luther King Jr Center et à notre campagne #BeLove, qui s'inscrit dans notre mouvement mondial pour la justice. #FinissonsEnAvecLeRacisme."

Twitter @BerniceKing
Twitter @BerniceKing

"Bon courage pour faire le lien"

Mais Justice s'est attiré des échos un peu moins favorables dès le lendemain, jour de sa sortie. Beaucoup se sont étonnés de la présence d'extraits de discours de Martin Luther King sur cet album, essentiellement composé de chansons d'amour. On entend la voix de cette figure du combat pour l'égalité en introduction du premier morceau déclamer cette phrase: "Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier". Un autre enregistrement est utilisé sur la septième piste, MLK Interlude, extrait d'après NME du discours But If Not de 1968.

"Bon courage pour faire le lien entre un interlude de deux minutes dans lequel on entend Martin Luther King Jr. parler de vérité et de pouvoir dans un discours de 1968 et les sonorités à la Giorgio Moroder [ndlr à qui l'on doit les musiques de Midnight express, Flash Dance ou Top Gun] de Die For You, la chanson qui suit", écrit Entertainment Weekly dans sa critique - élogieuse par ailleurs - de l'album.

"Lamentable et inapproprié"

Kirk A. Moore, producteur et scénariste pour la télévision américaine, n'a pas caché son agacement sur Twitter: "Tellement de gens ont essayé d'avoir accès aux discours de Martin Luther King, sans succès. C'est peut-être différent lorsqu'il s'agit de musique, mais ça ne me plaît pas. Le voir utiliser le discours de cette façon... c'est NON. J'ai passé une bonne partie de l'année dernière à faire des recherches sur Martin Luther King, et je trouve ça lamentable et inapproprié."

Twitter @KirkWrites79
Twitter @KirkWrites79

Sans compter les nombreuses voix moins officielles qui ont fait part de la même colère sur les réseaux sociaux. "Je me fiche que (la fille de Martin Luther King) ait approuvé les samples", écrit notamment un utilisateur de Twitter, relayé par NME. "Je ne la connais pas et elle ne porte pas la voix de tous les Noirs. Je n'ai pas à être d'accord avec elle sur ce que je perçois comme un exemple clair de la manière dont les grosses industries transforment en marchandise et commercialisent les douleurs de notre communauté."

Il s'agit d'une deuxième polémique pour le sixième album de Justin Bieber. Vendredi, le duo électro français Justice a accusé le chanteur d'avoir plagié leur logo pour la police utilisée sur la pochette du disque.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :