"Que justice soit faite": la mère de la collégienne de Chambéry maintient la thèse de l'acte raciste

·3 min de lecture

Si le procureur de la République privilégie pour l'heure la thèse de l'accident, les parents de la jeune fille, gravement blessée au visage ce mercredi dans la cour de récréation, pointent une agression à caractère raciste. Ce dimanche, Jean-Michel Blanquer a annoncé l'ouverture d'une nouvelle enquête pour faire la lumière sur les circonstances encore mystérieuses de cet accident.

L'affaire Anna-Chloé reste encore teintée de mystère. Que s'est-il précisément passé dans la cour de récréation de l'établissement privé de Chambéry (Savoie) où est scolarisée la collégienne? La jeune fille âgée de 11 ans s'est sérieusement blessée au visage ce mercredi dans la cour de récréation du collège savoyard, suscitant l'émoi sur les réseaux sociaux. 

Deux discours s'opposent depuis: le procureur de la République repousse toute hypothèse d'une agression raciste et privilégie la piste d'un accident, la jeune fille ayant fait une chute; les parents d'Anne-Chloé affirment quant à eux que leur enfant a été victime d'une agression à caractère raciste.

Madeleine Lunet, la mère de la collégienne, en est même convaincue. Elle persiste et signe, et veut que "justice soit faite". 

"Je veux que chacun prenne sa part de responsabilités, que l'établissement d'Anna-Chloé dénonce", s'insurge-t-elle au micro de BFMTV.

Cette dernière a porté plainte contre X. La mère s'efforce en parallèle de médiatiser la situation actuelle de sa fille. Ce dimanche, un rassemblement en soutien à Anna-Chloé a réuni plusieurs centaines de personnes à Paris, sur la place de la République.

Menaces de mort contre le proviseur du collège

L'affaire s'est également fortement propagée sur les réseaux sociaux, où une photo du visage tuméfié de la jeune fille circule activement. Nombre d'internautes se sont émus de l'histoire de la collégienne, y percevant une attaque à connotation raciste.

Le proviseur de l'établissement impliqué a reçu par même voie numérique des menaces de mort. Une situation ubuesque pour le procureur de la République, dont l'enquête réfute jusqu'ici toute teneur raciste dans la blessure d'Anna-Chloé, victime, selon lui, d'un simple accident.

"Anna-Chloé n’a pas été victime d’une agression raciste. A ce stade de l’enquête, il apparaît clairement que cette jeune fille est tombée toute seule, personne ne l’a poussée", a affirmé à BFMTV Pierre-Yves Michau, procureur de Chambéry.

Par ailleurs, BFMTV a appris que le procureur a décidé d’ouvrir une enquête distincte de celle qui concerne la jeune fille. Les investigations concerneraient les menaces de mort lancées contre le proviseur de l'établissement où est scolarisée Anna-Chloé. Le procureur a indiqué que toute personne identifiée comme auteur de ces menaces sera poursuivie.

Blanquer demande l'ouverture d'une autre enquête

Interrogé ce dimanche sur le plateau de BFM Politique, le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a demandé de son côté l'ouverture d'une enquête à la rectrice de Grenoble.

"Nous devons regarder quelles ont été les circonstances" ayant mené à cette blessure, a précisé Jean-Michel Blanquer.

L'enquête se poursuit ce lundi avec l'audition d'Anna-Chloé par la police au commissariat de Chambéry.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Meeting de Zemmour - Sylia, militante SOS Racisme : "J'avais le visage en sang. On s'est fait lyncher rien que pour des mots" :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles