La justice russe ordonne la saisie d'actifs d'UniCredit et de Deutsche Bank

La justice russe a ordonné la saisie de près de 700 millions d'euros d'actifs de deux grandes banques européennes : l'italienne UniCredit et l'allemande Deutsche Bank, car elles étaient garantes d'un grand projet d'usine lié au géant gazier russe Gazprom. Projet qui n'a pas pu voir le jour à cause des sanctions occidentales contre la Russie.

Au départ, il y a un projet d'usine de liquéfaction de gaz, qui devait voir le jour près de Saint-Pétersbourg, porté par l'entreprise RusChemAlliance, une société cofondée par Gazprom.

L'allemand Linde aurait dû livrer des équipements pour la construction de l'usine. Les banques UniCredit et Deutsche Bank, elles, étaient les garantes financières du projet. Mais lorsque la Russie envahit l'Ukraine en février 2022 et que les occidentaux lancent une vague de sanctions contre Moscou, le partenariat tourne court. Linde se retire du projet et les deux banques européennes aussi, pour éviter de se retrouver accusées de violer les sanctions.

RusChemAlliance se tourne alors vers la justice russe en pour réclamer les compensations financières prévues dans les contrats initialement signés. Le tribunal d'arbitrage de Saint-Pétersbourg lui a donc finalement donné raison et a ordonné la saisie de biens immobiliers, de comptes, ou encore d'actions appartenant à Unicredit pour plus de 450 millions d'euros et à Deutsche Bank pour 240 millions.

Unicredit, deuxième banque italienne, a annoncé il y a deux ans qu'elle cherchait à vendre sa filiale russe. Sans succès pour l'instant.


Lire la suite sur RFI