Justice : un procès pour tenter de comprendre pourquoi neuf soldats français sont morts en Côte d’Ivoire en 2004

Les familles des neufs soldats tués il y a plus de seize ans dans l’attaque de Bouaké, en Côte d’Ivoire, veulent connaître les circonstances qui ont abouti à la mort de leurs proches. En novembre 2004, les forces françaises s’interposent entre les rebelles ivoiriens et les forces gouvernementales. C’est dans ce contexte de guerre civile que se déroule le bombardement du camp militaire français de Bouaké. Une attaque jamais revendiquée L’attaque aérienne fait dix morts, dont neuf soldats français et un Américain. Les auteurs sont vite identifiés. Il s’agit de mercenaires biélorusses et ivoiriens. Jamais arrêtés et aujourd'hui introuvables, ils ne seront pas dans le box des accusés. C’est une des nombreuses zones d’ombres de cette attaque qui n’a pas été revendiquée. Les parties civiles attendent également beaucoup des témoignages d’anciens ministres.