La justice ouvre une enquête sur des messages racistes attribués aux forces de l'ordre

franceinfo avec AFP

Des messages haineux ont été publiés sur un groupe Facebook censé être réservé aux forces de l'ordre, selon le site Streetpress.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur des messages racistes publiés sur Facebook et attribués aux forces de l'ordre, vendredi 6 juin. Ouverte pour "injure publique à caractère raciste" et "provocation publique à la haine raciale", elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Le parquet avait été saisi dans l'après-midi par le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, au lendemain d'un article du site Streetpress sur un groupe Facebook, "TN Rabiot Police Officiel", censé être réservé aux forces de l'ordre et rassemblant 7 760 membres. Selon les captures d'écran publiées par le site, de très nombreux messages haineux, racistes, sexistes et homophobes y sont échangés. Certains tournent en dérision la mort de jeunes hommes au volant de leur moto-cross ou insultent la chanteuse Camélia Jordana, qui a récemment dénoncé les violences policières.

"S'ils sont avérés, ces propos inacceptables sont de nature à porter gravement atteinte à l'honneur de la police et de la gendarmerie nationales", a commenté l'entourage de Christophe Castaner. Le ministre avait promis mercredi une "sanction" pour "chaque faute, chaque excès, chaque mot, y compris des expressions racistes" au sein des forces de l'ordre. "Les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi