justice ordinaire «On n’arrive pas à vous regarder comme un être humain»

Libération.fr

Une émission de France Culture diffusant les propos violents d’une procureure à l’encontre d’un prévenu a relancé le débat sur les comparutions immédiates, l’ex-procédure des «flagrants délits».

On entend d’abord une voix douce. La présidente donne du «monsieur» au prévenu, rappelle que c’est un «tout jeune majeur» né en 1998. Puis le réprimande : «Ce qui est fortement désagréable, c’est les cibles que vous avez choisies.» La scène, captée par la journaliste de France Culture Pascale Pascariello - qui bénéficie d’une autorisation spéciale pour l’émission les Pieds sur terre - se déroule aux comparutions immédiates à Marseille. Un jeune homme est jugé pour des vols de téléphones portables avec violence sur trois mineures (griffures et coups de pied avec une ITT de moins d’une semaine). Quelques secondes plus tard, la présidente s’énerve : «Vous n’avez plus aucune limite, c’est tellement facile sur des gamines, c’est honteux, monsieur. Il n’y a même pas de mots, on ne sait même pas comment on arrive encore à vous regarder comme un être humain.»

Chambres de l’urgence

A la barre, celui qui vient de se voir dénier toute humanité bredouille : «Je voudrais m’excuser, j’avoue être l’auteur de ces trois faits, je ne voulais pas ça.» La procureure prend à son tour la parole : «Il n’y a pas d’excuses possibles.» Avant de se mettre à hurler : «C’est quoi ça ? C’est quoi ça ? On se dit "si ça avait été ma fille à la place".» Le voleur contrit tente de répliquer, ce qui décuple l’ardeur de la magistrate : «Taisez-vous ! Vous êtes odieux et en plus vous faites semblant de vous excuser.» Elle poursuit son réquisitoire : «Il n’y a pas marqué Sœur Teresa, ce n’est pas mon boulot de pardonner.» Et demande une peine de 5 ans d’emprisonnement.

L’avocate aura beau appuyer les excuses de son client, rappeler qu’il souffre d’une psychose infantile et que son casier judiciaire est immaculé, la sanction tombe : 5 ans ferme, dont 6 mois avec sursis, et un mandat de dépôt. Sans le micro (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

France 2 : une intervention à la virgule près
«Avec Fillon, on assiste à l’exhibition d’un orgueil»
Fillon attaque l’exécutif pour tenter de remobiliser son camp
Situation en Guyane, manifestation à Moscou et 60 ans du traité de Rome... L'essentiel de l'actu de ce week-end
Arthaud appelle à lutter contre ceux qui «tirent les ficelles»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages