Justice. Mort de la petite Mawda en Belgique : le chauffeur et le policier condamnés

RTBF (Bruxelles)
·2 min de lecture

La petite Kurde avait 2 ans au moment où la camionnette à bord de laquelle sa famille tentait de passer au Royaume-Uni s’était heurtée à un contrôle de police. Au terme d’une longue course-poursuite, la police belge avait tiré, atteignant la fillette en pleine tête. Ce vendredi 12 février, un policier a été condamné à 1 an de prison avec sursis, le chauffeur de la camionnette à 4 ans ferme.

Près de trois ans après les faits, la justice belge a tranché. Selon le site de la RTBF, le tribunal correctionnel de Mons a rendu son jugement ce vendredi 12 février dans l’affaire de la mort de Mawda Shawri, une petite fille kurde de deux ans décédée dans la nuit du 16 au 17 mai 2018 : quatre ans de prison ferme pour le conducteur irakien de la camionnette où se trouvait Mawda ce soir-là, et un an avec le sursis pour le policier belge à l’origine du tir qui a tué la fillette.

Lors de cette soirée du printemps 2018, Mawda était en effet entassée avec ses parents et une trentaine de migrants dans une camionnette qui tentait de les transporter de Belgique au Royaume-Uni. Les passeurs s’étaient heurtés à un contrôle de police, une longue course-poursuite s’était engagée, et la police belge avait tiré pour arrêter le véhicule, atteignant la fillette en pleine tête.

Sept et dix ans de prison requis contre le passeur et le chauffeur

Le ministère public avait requis contre le conducteur et le passeur impliqués dans le drame, tous deux ressortissants irakiens, des peines sévères de sept et dix ans de prison, rappelle la RTBF. L’accusation considérait en effet que par leur comportement, ils avaient “clairement mis en danger la vie d’autrui”.

D’après le site belge, le tribunal a en effet établi que, la nuit des faits, le conducteur roulait dangereusement “jusqu’à frôler d’autres véhicules”, qu’il a “failli faire un tonneau” et qu’il a utilisé sa camionnette comme arme par destination. Le passeur a de

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :