La justice libanaise saisit un navire transportant des céréales ukrainiennes «volées»

La justice libanaise a ordonné ce samedi 30 juillet la saisie du navire Laodicea, battant pavillon syrien, qui a accosté au port de Tripoli, dans le nord du pays, avec à son bord 5 000 tonnes d’orges et autant de farine. L’Ukraine accuse la Russie d’avoir « volé » ces céréales, ce que Moscou dément.

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

Les autorités libanaises ont finalement cédé aux fortes pressions exercées par l’Ukraine et d’autres pays occidentaux. Elles ont mis sous scellé le navire syrien transportant la cargaison d’orge et de farine.

Le chef de la diplomatie libanaise Abdallah Bou Habib a déclaré que Beyrouth avait reçu de « nombreux avertissements et plaintes de plusieurs pays occidentaux » au sujet de cette affaire. Il a cependant ajouté que le Liban « n'est pas encore en mesure de déterminer l’origine des denrées » transportées par le Laodicea, qui a accosté jeudi dans le port de Tripoli.

L’ambassadeur d’Ukraine avait assuré que la cargaison avait été « volée » par la Russie, ce que l’ambassade russe à Beyrouth a démenti. Un responsable des douanes libanaises a pour sa part déclaré à la presse que « les papiers des marchandises étaient en règle et qu'il n'y avait aucune preuve qu'elles étaient arrivées au Liban volées ».

En attendant le fin mot de l’histoire, le procureur a ordonné la saisie de la cargaison et l’ouverture d’une enquête. Cette décision a provoqué une vague de critiques sur les réseaux sociaux, surtout qu’elle intervient alors que le Liban, en rupture de stock de farine, est frappé par une forte pénurie de pain.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles