La justice française ouvre une enquête à la suite des révélations de l’enquête Congo Hold-up

Selon des informations de Mediapart et Africa Intelligence, le parquet national financier a ouvert une enquête à la suite des révélations de l’enquête Congo Hold-up. Il s’interroge sur des flux jugés « suspects » entre les filiales de cette banque en République démocratique du Congo et la France.

L’enquête préliminaire de la justice française porte sur des faits de « blanchiment aggravé de détournement de fonds publics ». Elle fait suite aux révélations de l'enquête menée par 23 médias et ONG, dont RFI, et deux plaintes déposées par trois organisations : Sherpa, Transparency International et le Réseau panafricain de lutte contre la corruption (UNIS).

L’enquête Congo Hold-up a montré, avec l’appui de 3,5 millions de documents bancaires, comment la BGFI avait été utilisée par l’entourage de Joseph Kabila pour détourner au moins 138 millions de dollars des caisses publiques.

Blanchiment d'argent public détourné

La filiale congolaise de la BGFIBank était dirigée jusqu’en 2018 par un frère adoptif de l’ex-président, Francis Selemani Mtwale, et détenue à 40% par Gloria Mteyu, la sœur de Joseph Kabila. Cette filiale aurait blanchi à plusieurs reprises de l’argent public détourné, par l’entremise de la BGFIBank Europe, installée à Paris et autorisée à mener des transactions internationales en devises.

► À lire aussi : Congo Hold-up: BGFIBank, la banque des présidents


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles