Justice : "Félicien Kabuga était le dernier cerveau du génocide au Rwanda encore en liberté", explique le journaliste David Servenay

franceinfo

"Félicien Kabuga était en quelque sorte le dernier cerveau du génocide [au Rwanda] qui était encore en liberté", a expliqué samedi 16 mai sur franceinfo, David Servenay, journaliste et co-auteur du livre, Une guerre noire - Enquête sur les origines du génocide rwandais (1959 à 1994), paru aux éditions La Découverte, après l'arrestation à Asnières-sur-Seine samedi de celui qui est soupçonné d'avoir "joué le rôle de financier", dans le "petit groupe de gens qui étaient tous des extrémistes et qui ont conduit le génocide", a précisé le journaliste.

"Il va y avoir toute une procédure qui va l'amener à être extradé à La Haye auprès de la Cour pénale internationale", a expliqué David Servenay. Félicien Kabuga "est poursuivi pour sept chefs d'accusation qui relèvent du génocide" et "il est fort probable qu'il soit jugé par la justice internationale, même s'il est assez âgé et malade".

franceinfo : Félicien Kabuga, qui est-il et quel a été son rôle dans le génocide des Tutsis au Rwanda ?

David Servenay : Félicien Kabuga, c'était un homme d'affaires très prospère avant le génocide à partir du début des années 1990. C'est quelqu'un dont le rôle est à appréhender à travers sa famille. Il a eu 11 enfants dont deux filles mariées à deux fils du président Habyarimana. Il a commencé par financer les milices Interhamwe, dès 1991. Ensuite, il a participé au financement de la radio-télévision libre des mille collines qui allait devenir la radio de la haine, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi