La justice espagnole autorise l'extradition vers le Mexique de l'ex-patron de Pemex

·1 min de lecture

C’est une nouvelle qui va certainement ravir la justice mexicaine et qui pourrait faire craindre le pire à l’ancien président Enrique Peña Nieto. Ce lundi, l'Audience nationale, la plus haute instance judiciaire espagnole, a donné son vert pour l’extradition d’Emilio Lozoya, l’ancien patron de Pemex, la compagnie pétrolière qui appartient à l’État mexicain, accusé de corruption.

La justice mexicaine était pointée du doigt depuis de nombreux mois pour son laxisme dans l’affaire Odebrecht. Avec désormais le feu vert de la justice espagnole pour l’extradition d’Emilio Lozoya, elle va enfin pouvoir faire avancer un dossier tentaculaire, comme l’explique Estafania Medina, cofondatrice du collectif des avocats mexicains contre la corruption : « Pour nous, cette extradition est très importante parce qu’il s’agit de la première personne provenant des hautes sphères qui est mise en cause dans cette affaire. Cet homme était recherché pour corruption, pour avoir utilisé de sommes provenant de blanchiment d’argent et aussi pour association criminelle. »

Emilio Lozoya se dit prêt à collaborer avec la justice pour faire toute la lumière. Une nouvelle qui rassure les ONG qui luttent contre l’impunité et la corruption au Mexique, mais qui risque d’inquiéter l’ancien président Enrique Peña Nieto.

Emilio Lozoya s’était occupé en partie de sa campagne pour la présidentielle de 2012 et il pourrait bien entraîner dans sa chute l’ancien président. Pour l’instant la justice semble vouloir privilégier une autre affaire, avant de se plonger dans le dossier Odebrecht.

À lire aussi : Mexique: arrestation de Emilio Lozoya, l'ancien patron de Pemex accusé de corruption