La justice belge accepte de verser de nouvelles pièces dans le dossier sur l'assassinat de Lumumba

© AP/H. Babout

Un rebondissement majeur s’est produit à Bruxelles dans l’enquête sur l’assassinat de Patrice Lumumba en janvier 1961. La justice belge a décidé de verser au dossier d’instruction la quasi-totalité des documents de la commission d’enquête menée il y a 22 ans par le Parlement fédéral. L’arrêt a été pris par la « chambre des mises en accusation » dans le cadre de l’enquête déclenchée par la plainte déposée le 23 juin 2011 par François Lumumba, fils aîné de Patrice Lumumba, contre onze Belges.

La juge d’instruction chargée de l’enquête sur l’assassinat de Patrice Lumumba va voir son dossier se gonfler subitement d’environ deux cents classeurs. À deux exceptions près, ils contiennent tous les comptes rendus sténographiques de dix-huit mois de travaux de la commission d’enquête tenue par la chambre des représentants en 2000 et 2001. Ces minutes contiennent de nombreuses transcriptions de témoignages à huis clos.

Le parquet y voit un moyen de mieux comprendre le déroulement des événements qui ont conduit à l’assassinat de Patrice Lumumba et de vérifier s’ils ne contiennent pas des éléments jusqu’ici inconnus. C’est évidemment l’espoir que suscite cette décision sans précédent : voir surgir des informations tenues jusqu’ici secrètes sur l’implication de la Belgique dans l’assassinat du premier Premier ministre du Congo indépendant.

Des documents sous scellés depuis janvier

En 2001, la commission parlementaire avait conclu à la « responsabilité morale » de l’ancien pouvoir colonial.


Lire la suite sur RFI