"Justice a été rendue" pour Me Nathalie Tomasini, l'une des avocates de Valérie Bacot

·2 min de lecture
Valérie Bacot sortant du tribunal après l'annonce du verdict de son procès.  - BFMTV
Valérie Bacot sortant du tribunal après l'annonce du verdict de son procès. - BFMTV

Au terme de cinq jours de procès, Valérie Bacot a pu rentrer chez elle. Elle a été condamnée à quatre ans de prison dont trois avec sursis pour l'assassinat de son mari violent, incestueux et proxénète. Ayant passé un an en détention provisoire, elle a pu rentrer chez elle.

L'une de ses avocates, visiblement émue, s'est exprimée en sortant du tribunal et s'est dit "très satisfaite, car l'objectif premier était que Valérie ne retourne pas en prison."

"Pour moi justice a été rendue et je dois dire qu'on est particulièrement émues par Valérie qui a été exemplaire pendant tout ce procès. Elle est extrêmement fatiguée sur le plan physique, sur le plan psychique. C'est une satisfaction immense, je suis moi-même très émue. J'ai toujours pensé, pourquoi je ne sais pas, mais en mon for intérieur, qu'elle serait libérée", a expliqué l'une des avocates de Valérie Bacot.

Un verdit qui "fera date"

Me Nathalie Tomasini a tenu à rappeler le cas d'Alexandra Lange, acquittée après avoir tué son mari et celui de Jacqueline Sauvage, graciée. Elle a ajouté Valérie Bacot à cette liste, libérée aujourd'hui.

"C'est une émotion tellement intense. Vous savez, on a beaucoup travaillé, on s'est beaucoup battues, on y a cru. Et de voir qu'on réalise ce qu'on espérait et que cette femme va retrouver ses enfants ce soir, pour moi c'est une immense victoire", a expliqué Me Tomasini.

Pour l'avocate, ce verdict "fera date" dans l'histoire et est "emblématique".

"Le verdict des jurés de la Cour d'assises de Chalon-sur-Saône fera date parce qu'ont été évoquées toutes ces informations fondamentales d'emprise sévère, de syndrome de la femme battue, de syndrome de Stockholm", a affirmé l'avocate.

Me Nathalie Tomasini, qui lutte depuis douze ans contre les violences conjugales a déclaré que c'est la première fois qu'elle entend ces termes et surtout "que ces termes sont évoqués dans des rapports d'expertises et surtout que j'ai le sentiment que des magistrats entendent, écoutent et presque comprennent".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles