Justice : Éric Dupond-Moretti veut accélérer le jugement des petits délits

Éric Dupond-Moretti a annoncé mercredi 15 décembre vouloir combattre plus efficacement ce qu’il appelle la petite délinquance et renforcer "la justice de proximité". Les rodéos urbains, les squats, les tags… il s’agit de petites infractions du quotidien. "La justice traite de la grande délinquance, c’est bien normal, mais pour des questions de moyen, la petite délinquance n’est pas traitée comme elle mérite de l’être. C’est cette petite délinquance qui pourrit la vie de nos concitoyens." "Hypocrite" pour le syndicat de la magistrature Dans une circulaire envoyée à tous les procureurs de la République de France, le ministre de la Justice souhaite que ces procédures soient accélérées. Pour cela, il veut développer les peines alternatives, comme le travail non rémunéré, l’éloignement du lieu de l’infraction, ou le remboursement des dommages aux victimes. La chancellerie prévoit de recruter 914 contractuels d’ici 2021, dont 305 assistants juristes mais aussi des huissiers et des délégués du procureur. Mais le syndicat de la magistrature reste sceptique : "reparler de justice de proximité alors qu’on est allé en arrière sur ce sujet il y a un an et demi, ça nous paraît un peu hypocrite", estime Katia Dubreuil, sa présidente.